Photo de "La Dame de Brassempouy", cette tête est scultée dans l'ivoire

 

 

La Préhistoire et les Pyrénées              

Le premier visage humain :

La Dame de Brassempouy

 

 

 

Retour aux sommaire

 

Cliquez sur les images pour agrandir

Photo de "La Dame de Brassempouy", cette tête est scultée dans l'ivoire

Photo de "La Dame de Brassempouy", cette tête est scultée dans l'ivoire

Photo de "La Dame de Brassempouy", cette tête est scultée dans l'ivoire

Photo de "La Dame de Brassempouy", cette tête est scultée dans l'ivoire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eglise de Brassempouy

     Le premier visage humain connu est une figure de femme, une petite tête en ivoire. Il a environ 25.000 ans. Peut être un jour on en trouvera d'autres, plus anciens. Mais aujourd'hui, c'est le premier.
     La “ Dame de Brassempouy ”, du nom du village des Landes ( Sud Ouest de la France) proche des Pyrénées où elle a été trouvée, daterait en effet de l’époque du “ Gravettien ”, au Paléolithique supérieur. Ce visage est une petite pièce d’ivoire sculpté.
     Pour situer, les dessins de la Grotte Chauvet sont estimés dater de 35.000 ans avant Jésus Christ ; ils représentent exclusivement des animaux.

     Description

     Cette petite tête sculptée dans l'ivoire est connue comme " la Tête à la capuche ", ou " la Dame de Brassempouy ". ( Ne pas confondre avec " la Vénus de Brassempouy ", qui n'a pas de visage, et de facture très différente). Elle est haute de 3 centimètres et demi environ, exactement 36,5 millimètres. Les arcades sourcilières, le nez et le menton sont bien en relief, les yeux en creux marqué presque comme une fente, avec une pupille légèrement indiquée à droite.
     Sur la tête et retombant en arrière pour couvrir le cou des lignes croisées : C'est ce qui a été interprété comme une capuche. Mais plus probablement il s'agit d'une chevelure coiffée, par comparaison avec d'autres sculptures (Henri Delporte, " Brassempouy, il y a 20.000 ans l'art… ").
     Mais si l'on compare la Dame de Brassempouy avec des figurations féminines de cette époque, Le Gravettien (ou Périgordien Supérieur), le contraste est frappant : une élégance, une finesse dont se rapprochent seulement des morceaux de statuettes provenant du même endroit, " la Grotte du Pape " de Brassempouy. Mais seule la Dame a un visage. Et un charme qui en font une des plus belles œuvres d'art du monde.
     L'objet d'ivoire est conservé au Musée de Saint Germain en Laye, Musée des Antiquités Nationales (près de Paris) et n'est pas accessible au public . Mais c'est un émerveillement de découvrir ce visage en reproduction exacte à Brassempouy même, à " La Maison de la Dame ". A quelques centaines de mètres de la grotte où cetteDame fut découverte à la fin du siècle dernier. La pièce originale doit en effet être tenue à l'abri à cause de la fragilité de cet ivoire vieux probablement de 22.000 à 27.000 ans. Aujourd'hui on pense qu'elle aurait été sculptée 25.000 ans avant J.C., ce qui veut dire 27.000 ans jusqu'au 21e siècle après J. C. où nous vivons.
       " La Maison de la Dame " abrite également plusieurs morceaux ou ébauches de statuette découverts sur le même site, et sensiblement du Gravettien également: la " Venus de Brassempouy " dite aussi la Poire. Ce vestige avait été découvert le premier, en 1892 et l'on pensait qu'il s'agissait d'une femme. D'où le nom de Vénus que l'on donnait à l'époque à toute antiquité féminine… Les ouvriers qui l'avaient découverte, eux lui avaient donné le nom plus réaliste de " la Poire "… Il s'agit d'un morceau de tronc humain sans visage. Il est reconstitué à partir de morceaux et l'ensemble primitif reste assez incertain. Cette statuette n'a pas la finesse de la Dame, de même que " l'ébauche ", moitié inférieure d'une statuette qui semble n'être pas terminée, d'où son nom. Assez fine par contre est " la figurine à la ceinture ", statuette de 68 millimètres des pieds au torse, mais elle aussi sans visage.
     Quelques autres objets encore figurant ou ébauchant des corps féminins (" la Fillette ", " la Figurine à la pèlerine ", " la Poupée "), avec des multiples outils de pierre et des représentations d' animaux sur objets, font de Brassempouy un centre préhistorique très important dans l'ensemble dit " Pyrénéen ".

     La Préhistoire et les Pyrénées

     On rattache Brassempouy, et certains sites des Landes, dont les villages lacustres récemment découverts, à l'ensemble Pyrénéen qui comprend les sites d'Isturitz (le plus proche de Brassempouy), de Gourdan ,de Lortet, d'Arudy. Plusloin du Mas d'Azil (au sud de Toulouse), de Niaux et du Portel.
    Isturitz a fourni beaucoup d'œuvres d'art, en particulier le premier instrument de musique connu, une flûte taillée dans un os.
     La Chalosse, le sud des Landes, où se trouve Brassempouy n'est pas à proprement parler les Pyrénées. Ce sont les plis du tertiaire supérieur, " les sables fauves " recouverts d' alluvions quaternaires, poussés en avant par les Glaciers et les Gaves du bassin de l'Adour. Les Pyrénées sont proches au sud : il y a 25.000 ans dans un climat encore presque glaciaire, en montant sur la colline au dessus de la grotte, la Dame pouvait voir plein sud, au dessus des proches collines de Sallespisse, des Pyrénées immensément blanches.

     Le mystère de la Dame de Brassempouy

     Il n'y a que quelques visages humains représentés, il y a plus de 15.000 ans. Celui de la Dame, est considéré comme le plus ancien, mais aussi le plus beau. Et la plupart des savants, d'ordinaire si réservés, parlent de ce visage émouvant de Brassempouy.
     Quant à ceux qui s'imagineraient encore l'homme préhistorique comme une brute à moitié animale, qu'ils regardent et contemplent ce visage . En sculptant il y a 25.000 ans ce fragment minuscule d'ivoire de mammouth un artiste venu du fond des âges nous dit la beauté et la jeunesse de notre plus vieille humanité.
     Il nous prouve par son regard, son intelligence et sa main, qu'il a atteint les sommets de l'art. Avec pour tout outil un burin de pierre gravettien. Il ne nous dit pas pourquoi il a fait ce visage . Nous ne savons pas son nom : l'artiste et la dame de Brassempouy tous les deux nous disent beaucoup avec ce premier visage… un visage qu'il a contemplé, et qui, après des millénaires, reste pour nous ouvert sur le mystère.

 

Hervé Marie Catta

 

Le Musée

     A Brassempouy, à 20 mètres de la belle église, un espace s'ouvre entre deux vieux murs du château de Poudenx : au fond du jardin se trouve " la Maison de la Dame ". On arrive presque sur le toit d'un bâtiment en flanc de colline, un espèce d'estrade à degrés, basse et allongée, comme un tronc inférieur de pyramide à degrés. L'enthousiasme des architectes est partagé par certains.
     L'intérieur par contre est très agréable, et donne un peu l'idée par le flanc rocheux de l'habitat " abri sous roche " du paléolithique supérieur : avant les constructions de maisons en bois.
     Avant de parvenir à la fameuse tête d'ivoire, différentes vitrines nous mettent en contact avec l'outillage et l'art du Périgordien-Gravetttien. La sobriété même des collections permet de se faire facilement une première idée de cette civilisation. On admire de très belles pièces comme cette espèce de guirlande-torsade gravée sur une plaque d'ivoire. Des burins, grattoirs, pointes et lames de pierre donnent une idée des instruments à la disposition des habitants de Brassempouy il y a 25 siècles… et de ce dont l'artiste créateur de la dame pouvait disposé pour sculpter le premier visage humain.
    D'une autre période, plus récente, Brassempouy a livré des représentations d'animaux : chevaux, bovidé, phoque, poisson. Ces représentations sur fragments d'os sont du Magdalénien, environ 15.000 ans avant Jésus Christ.
     Les différentes statuettes féminines, l'originalité et la richesse de Brassempouy, sont présentées sur un panneau d'ensemble, à l'exception de la Dame. Celle-ci est exposée, bien éclairée, au centre d'un espace ovale. Elle est entourée d'autres sculptures de femmes du Périgordien supérieur. Elle seule a un visage.
     Le musée expose également le produit des fouilles organisées chaque année dans les grottes de Brassempouy, dont le "Berceau", découvert en 1983.
     Les pièces originales du lieu, l'une exceptionnelle et les autres rares, sont ainsi offertes au visiteur en même temps que des reproductions d'autres figurines féminines découvertes en France (Sireuil, Lespugue, Tursac), en Italie, en Europe Centrale, en Russie et en Sibérie.
     Cette proximité a sans doute pour but de mettre en valeur la Dame . Il y a peut être cependant un risque cependant de confusion: confondre ce qui est de Brassempouy et ce qui n'en est pas, le génie de l'artiste de la Chalosse avec ces étranges corps féminins difformes et sans visage des autres provenances. A moins d'avoir bien tout étudié auparavant, ce qui n'est le cas que de quelques spécialistes, le public ordinaire n'a pas de repères suffisants. Il faut aussi, malgré la qualité des guides le temps d'assimiler.
    
     Mais dans l'ensemble ce Musée, par sa sobriété et la richesse des pièces avec leur signification, est une réussite . Il est très adapté à intéresser et enseigner les néophytes, à passionner les enfants et les accrocher à la préhistoire. Il permet aussi aux amoureux de la préhistoire plus formés d'aller à l'essentiel.
     Un jardin complète l'initiation à la préhistoire . L'Eglise de Brassempouy (XIIe - XVe siècles) aussi, avec son très joli clocher, ses arcades intérieures et son atmosphère de silence intérieur mérite absolument la visite.

 

Horaires de visite du Musée :

ouvert tous les jours (sauf le Lundi, de mi-février au 30 juin et du 1er Octobre à mi-novembre)
     -visite guidée à 14h, 15h, 16h, 17h
ouvert tous les jours du 1er juillet au 30 septembre .
     - visite guidée à 14h, 15h, 16h, 17h, 18h
A voir aussi :
exposition temporaire :  "tous parents, tous différents "
Le jardin de la dame : parc archéoludique avec demonstrations des techniques préhistoriques.

 

HISTOIRE des fouilles et découvertes à BRASSEMPOUY

- 1880 Découverte des Grottes du Pape sur la propriété du Comte de Poudenx par des ouvriers qui entretenaient un chemin menant aux carrières.
- 1880-1881 Fouilles par Monsieur Dubalen.
- 1881-1890 Abandon des fouilles.
- 1890 Reprise des fouilles par Monsieur De Laporterie et le docteur A. Léon Dufour.
- 1892 "Pillage" des grottes par l'Association Française pour l'avancement des Sciences (résultat de l'exploration : la station renfermait des statuettes humaines en ivoire dont "la Poire" et "la Vénus de Brassempouy").
- 1894 Reprise des fouilles par MM. de Laporterie et Piette, éminent archéologue.
Découverte de "la Dame à la Capuche" et cinq statuettes en ivoire.
Découverte du "Torse" et de la "Galerie des Hyenes".
- 1897 Abandon du site.
- 1980 Les Grottes du Pape sont classées Monument Historique.
- 1981 Reprise des fouilles par Monsieur Delporte, conservateur du Musée des Antiquités Nationales de St Germain en Laye, sous forme de stages internationaux de fouilles.
- 1983 Découverte du "Berceau" à l’intérieur de la Grotte du Pape.
- 1985 Extension des fouilles dans la "Galerie des Hyenes" qui s’avère être une grotte de la même taille que la Grotte du Pape.
- 1988 Découverte d’un fragment de figuration humaine.
- 1989 Découverte de l’abri Dubalen.
- 1997 Poursuite des fouilles.

 

Pour en savoir plus :

Les coordonnées : Maison de la Dame ,352 rue du musée, 40300 Brassempouy

 

Horaires de visite du Musée :

ouvert tous les jours (sauf le Lundi, de mi-février au 30 juin et du 1er Octobre à mi-novembre)
     -visite guidée à 14h, 15h, 16h, 17h

ouvert tous les jours du 1er juillet au 30 septembre .
     - visite guidée à 14h, 15h, 16h, 17h
, 18h

A voir aussi :

  • exposition temporaire ; tous parents, tous différents
  • Le jardin de la dame : parc archéoludique avec demonstrations des techniques préhistoriques.

.
 Livre :

“ Brassempouy, station préhistorique. Il y a 20.000 ans, l’art… ” par Henri Delporte, Conservateur en chef du Musée des Antiquités Nationales , Saint Germain en Laye. 1980. Edité par l’Association Culturelle de Contis. 76 pages, photos et dessins. Réédité, disponible au Musée.


Sur Internet :

- Pyrénées, Préhistoire, histoire, pyrénéisme, architecture & habitat, sites, sanctuaires, littérature
- Sanctuaires Pyrénéens, Sarrance
- Site de la Commune de Brassempouy
- Qui étaient Adam et Eve ? création, évolution, péché originel
- Le Tombeau d’Adam et d'Eve
- Menhirs
- Barnenez,le Grand Cairn